Billet d’humeur de CHARLOTTE SMIT, ETUDIANTE EN B.T.S. ASSURANCE, LE GRAND SECRET DE RENE BARJAVEL

CHARLOTTE SMIT, ETUDIANTE EN B.T.S. ASSURANCE,

LE GRAND SECRET  DE RENE BARJAVEL

Le Grand Secret est un roman qui mêle histoire et fiction. L’histoire évoque un secret de la plus haute importance qui réunira les grands chefs d’états du 20e siècle et qui bouleversera ceux qui en auront connaissance. Il séparera également Jeanne et Roland deux amants qui s’aiment d’un amour passionnel.

Jeanne partira à la recherche de Roland pendant une longue partie de sa vie, en essayant donc de percer le mystère à l’origine des disparitions récentes de professeurs, biologistes et tant d’autres personnes. Elle finira par trouver le moyen de se faire conduire jusqu’à Roland, des années après sa disparition mais les retrouvailles seront différentes de celles imaginées et la révélation du secret aura des conséquences aussi inattendues qu’irrémédiables.

A travers son œuvre, René Barjavel sait captiver son lecteur et entretenir le suspense en suggérant des pistes afin de découvrir le secret sans le dévoiler. On comprend réellement ce qu’est le secret seulement dans la dernière partie du livre.

L’auteur imagine le devenir du monde si les humains arrivaient à vaincre leur peur universelle : la mort. L’histoire est donc une succession de choix que font ceux qui essaient de protéger tant bien que mal ce secret. 

Les grands enjeux de l’immortalité sont abordés, comme le manque de ressources si nous étions condamnés à vivre indéfiniment ou encore les problèmes que causerait l’immortalité si celle-ci se transmettait aux êtres animés (nous n’aurions plus de fruits, il y aurait une surpopulation humaine et animale).

Certes le scénario ainsi que les moyens mis en place pour préserver l’humanité dans le livre semblent purement fictifs et irréalistes, néanmoins les problématiques soulevées sont plus que jamais d’actualité. En effet, les progrès de la science et la détermination des transhumanistes pourraient un jour prochain nous conduire à obtenir cette immortalité.

Par ailleurs, le roman allie donc l’Histoire du point de vue des grands chefs d’Etat, mais aussi en parallèle l’histoire à l’échelle de l’individu, celle de la vie Jeanne. Ce double point de vue, politique et personnelle, amène une vision complète des enjeux et de la complexité du secret gardé. Il nous interroge sur des angoisses existentielles :  la peur de vieillir et celle de mourir ; il nous fait vibrer aussi à travers des émotions fondamentales comme l’amour et l’instinct maternel, il met enfin l’accent sur la lourde responsabilité qui incombent aux chefs d’état dans les choix effectués… Des ébauches de réponse sont suggérées mais jamais imposées pour alimenter notre propre réflexion et c’est ce que j’ai trouvé passionnant dans ce récit.  Il peut nous amener à relativiser nos peurs modernes et nous suggère d’autres modes d’appréhension de la vie, de sa valeur et de ses limites. Vous l’aurez compris : je vous conseille vivement la lecture de cet ouvrage.